INTERZONE / LORIENT
installation

production : le collectif Fossile, l'Enclos du port, EESAB, ville de Lorient
résidence Géographies variables 2012




interzone lorientinterzone lorient
interzone lorientinterzone lorient


Pierre-Luc Lapointe et le collectif Fossile ont décidé de répondre à l’invitation de la ville de Lorient, de l’ESAAB et de incident.net en travaillant au plus près de la singularité du terrain de jeux qui leur a été proposé : l'Enclos du Port. Foyer historique de la ville construit dans l'optique d'une double fonction militaire et commerciale, cet espace se caractérise par la complexité des strates historiques et la diversité des espaces et des architectures. Son occupation par la marine nazie a marqué le devenir de la ville.

Lorient est riche d'une histoire qui a laissé des traces encore visibles dans son paysage un demi-siècle après la seconde guerre mondiale, telles un réseau de cicatrices maillant le territoire de la ville. Ce qu'on voit en surface laisse place à l'imaginaire pour invoquer tout un réseau de veines souterraines reliant entre elles les cicatrices extérieures.

À certains endroits des traces refont surface sous l’effet des travaux de “déconstruction” qui ont lieu actuellement dans l’enceinte de l'enclos du port, alors même que Lorient semble vouloir finir de faire peau neuve, effacer les cicatrices: gravats, armatures des blockhaus, carrelages, câbles et composants électroniques provenant des systèmes de télécommunication.

Le titre Interzone caractérise le travail du collectif Fossile et de Pierre-Luc Lapointe qui opèrent dans un espace entre recherche et création. L'interzone est une créature hybride et poreuse secrétée au contact d'un territoire ici envisagé sous son aspect réticulaire. Nourrie par l'errance, l'enquête, l'immersion, la recherche et la documentation, l'interzone se développe par déplacements, transpositions, transplantation. Les traces et marques laissées dans les lieux les réseaux de pouvoirs, de communication, de travail, de production, de circulation, de sociabilisation sont renouées, remises en jeu avec la complicité des habitants de Lorient. A bien regarder, il ne s'agit pas d'une stratégie de recyclage ni de détournement. L'architecture et les matériaux sont empruntés et dérivés provisoirement de leur fonction pour la durée d'une exposition avant de retrouver leur statut de patrimoine en voie de déstruction ou de réhabilitation.

Interzone / Lorient s'inscrit donc au coeur de la relation entre différents espaces qui composent le lieu de l'Enclos du port. Des espaces d'histoires, à la fois concrets et symboliques. En ce sens, il s'agit d'occuper une position centrale entre un espace d'écriture et un lieu de vécu. Or, l'axe médian de cette relation suppose aussi la création d'un nouvel espace, celui d'une oeuvre. Dans cette perspective, réaliser cette oeuvre, ici et maintenant, c'est le faire dans un contexte de médiance.

"L'abri 11", occupé par le Service Technique des Transmissions d'Infrastructure de la Marine jusqu'en 2005 (?) est aujourd'hui fermé au public pour raisons de sécurité. Les artistes ont décidé de travailler avec cette contrainte et de l'investir pour en faire un espace d'exposition inaccessible. Des matériaux, des images et des objets sont extraits, transformés, déplacés, exposés dans une salle de l'hôtel Gabriel et sur internet pour faire affleurer les traces liées à la mémoire collective de l'abri 11 et faire le pari de sa plasticité. Parallèlement, les habitants de Lorient sont invités à y entreposer des objets ou des messages anonymes (secrets de famille/voeux/déclarations) et à se réapproprier ce petit morceau de patrimoine en suspens.

interzone lorientinterzone lorient
interzone lorientinterzone lorient

visuel presse

dossier de presse